NOS ORIGINES

Trois colons du nom de Blanchet vinrent s’établir en Nouvelle-France au cours du XVIIe siècle : deux prénommés Pierre et un prénommé René. Ce dernier fut le premier à aborder les rives du Saint-Laurent puisque le recensement de 1666, effectué durant l’hiver précédent, le mentionne comme meunier des Pères Jésuites dans la région des Trois-Rivières. C’est là qu’il épousa Marie Sédilot, veuve de Julien Trottier, avec laquelle il avait passé un contrat de mariage devant le notaire Cusson, le 21 septembre 1670. Des cinq enfants issus du mariage Blanchet-Sédilot : Louise, Charles, Jeanne, Marie, et Pierre, deux filles seulement laissèrent postérité : Jeanne mariée en 1704, à Jean Baril, et Marie, mariée en 1700 à Julien Lessieur.

Une trentaine d’années plus tard un autre Blanchet est signalé dans la région trifluvienne, Pierre Blanchet dit Laforest, un militaire sans doute, mais menuisier de profession, qui épousa à Champlain, le 4 juillet 1696, Marie-Françoise Harel. Il venait du bourg du Vanneau, en Poitou, et avait pour parents René Blanchet et Marie-Jeanne Marié. On lui connaît cinq garçons et une fille : Martien, Jacques, Pierre, Jean-Baptiste, un autre Pierre et Marie-Françoise. De tous ces garçons, un seul, le cadet atteint l’âge adulte et se maria, sans laisser de descendance de son nom. Tous les Blanchet du Canada et des États-Unis descendent donc de Pierre Blanchet de Picardie.

Les noms de famille remontent au XIe siècle, mais quelquefois plus loin. La façon naturelle de désigner quelqu’un consistera à relever une de ses qualités physiques. Le teint, par exemple, ou la couleur des cheveux. Tel a été appelé Blanchet comme d’autres ont été appelés Blondel, Fauvel, Rouget, Rousset et Noirot ce qui explique le fait que des Blanchet (sans lien de parenté) soient dissimulés par toute la France.

NOTRE ANCÊTRE

Noël Blanchet et Madeleine Valette de Saint-Omer de Rosières, en Santerre, Évêché d’Amiens, de Picardie, France sont les parents de Pierre Blanchet, né en France en 1646. Le contrat de mariage de Pierre Blanchet et de Marie Fournier stipule qu’il venait de Saint-Omer, évêché d’Amiens, en Picardie. Son acte de mariage précise : de Saint-Omer de Rosières, évêché d’Amiens. Le Santerre est un petit pays qui dépendait autrefois de la Province de Picardie et qui avait Péronne pour capital. Il est depuis la Révolution française compris dans le département de la Somme.

Pierre Blanchet s’est embarqué pour la Nouvelle-France en 1665. Des documents retrouvés à Québec prouvent qu’il a été reçu du scapulaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, comme c’était la coutume à cette époque pour les nouveaux arrivants en Nouvelle-France, le 27 août 1665.

À son arrivée à Québec, c’était la règle de donner trois ans de service à la nouvelle colonie. Durant les années 1665 à 1669, il faisait ses 36 mois chez Simon Lefebvre d’Angers, situé dans le fief Saint-Joseph ou L’Espinay. C’était localisé sur la rive gauche de la Rivière Saint-Charles, vers Charlesbourg.

Le 15 octobre 1665, il y a eu un tremblement de terre dans la région de Québec. C’est à cette occasion que la famille de Guillaume Fournier fut présentée à Pierre Blanchet. Le 25 décembre, il est alors reçu pour la fête de Noël à la maison des Fournier.

Le 24 avril 1669, c’est le jour du baptême d’un des enfants de Guillaume Fournier. Pierre Blanchet est le parrain. Durant la fête, il demande en mariage Marie, la fille de Guillaume et de Marie Fournier. Marie n’a que 14 ans.

Le 3 octobre 1669, Pierre Blanchet et Marie Fournier signent un contrat de mariage chez le notaire Duquet. C’est sans doute à cette occasion que Guillaume Fournier cède à Pierre Blanchet un lot situé près de la rivière Saint-Charles. Il s’agit d’une concession de 2 arpents de front par 30 de profondeur. D’un côté de la concession, le propriétaire est Nicolas Fasche et de l’autre côté, c’est le notaire Pierre Duquet. Un bout la terre est bornée par celle de Simon Bourbeau et de l’autre, par les terres de la baronnerie des Islets.

Le 17 février 1670, ce sera leur mariage à l’église Notre-Dame de Québec. Le couple s’installe dans le logis de Pierre. Ils y demeureront jusqu’en 1671. Ils déménagent à La Pointe-à-la-Caille (Saint-Thomas de Montmagny).

Guillaume Fournier et sa famille sont déjà installés sur une concession que son cousin, Louis Couillard, Sr de Lespinay lui avait cédé dans son fief de La Rivière-du-Sud. Sans doute avec l’insistance de Marie, son épouse, qui souhaite se rapprocher de ses parents, Pierre obtient lui aussi une concession à La Pointe-à-la-Caille, le 13 octobre 1671. Il quitte donc Québec pour s’y établir.

C’est en 1696 que débuta la colonisation de la Rivière-du-Sud, aujourd’hui appelé Saint-Pierre-de-Montmagny. Pierre Blanchet y obtiendra une concession le 6 octobre 1696, devant le notaire Guillaume Roger de Québec.

Le couple Pierre Blanchet et Marie Fournier ont eu 16 enfants, dont plusieurs sont décédés en bas âge : Pierre-Alphonse, Pierre-Guillaume, Marie-Madeleine, Jacques, Angélique, Joseph, Joseph, Jean, Jean, Joseph, Louis, Françoise, Marie-Geneviève, Louis, Simon, Louis.

Seulement cinq (5) se sont mariés. Pierre-Alphonse, Pierre-Guillaume, Madeleine, Jean et Louis.

MARIAGE DES ENFANTS DE PIERRE ET DE MARIE FOURNIER

1699-07-27
Madeleine
conjoint : Vincent Chrétien, Saint-Thomas;

1699-11-18
Pierre-Alphonse
conjointe : Louise Gagné, Cap-Saint-Ignace;

1705-11-09
Pierre-Guillaume
conjointe : Marie-Anne Gagné, Saint-Michel;

1709-05-27
Madeleine (2e mariage)
conjoint : Charles Destroismaisons-Picard, Saint-Thomas;

1712-04-07
Jean
conjointe : Marie-Genevièvre Gagné, Berthier;

1723-07-12
Louis
conjointe : Marie-Angélique Gagné, Berthier;

1729-10-19
Jean (2e mariage)
conjointe : Genevièvre Rousseau, Berthier;

SÉPULTURE DE PIERRE BLANCHET

Pierre Blanchet fut inhumé dans le cimetière de Saint-Thomas à la Pointe-à-la-Caille le 12 avril 1709. Il était âgé d’environ de 63 ans puisqu’on croit qu’il est né en 1646. Marie Fournier est décédée au environ des années 1716.

Ce sommaire de nos origines n’est qu’un aperçu des informations disponibles sur la naissance de la grande famille des Blanchet et Blanchette d’Amérique. Nous vous invitons à consulter le livre de Louis Blanchette, 1996, Histoire des familles Blanchet et Blanchette d’Amérique, HISTO-GRAFF enr. Rimouski, Qc.

Pour davantage d’information sur la généalogie des familles Blanchet et Blanchette d’Amérique, vous pouvez rejoindre Josée Larocque et Raynald Blanchette, au 450 658 9848 ou josée@renald.ca.

PS : Les informations contenues dans ce texte proviennent de plusieurs sources. Elles ont été regroupées et présentées dans ce texte par Rodrigue Blanchette.